Logo prodipe guitars

prodipe-guitars

Artistes

Prodipe est une marque audio au service des musiciens et professionnels du son. C'est pour cette raison que de nombreux artistes, ingénieurs du son et écoles de musique ont adhéré à notre philosophie et ont souhaité participer à l'aventure Prodipe en utilisant quotidiennement nos produits.

  • DJ Jurij


    DJ

    JURIJ LIOTTA aka DJ JURIJ est un DJ italien, producteur, ingénieur du son et professeur Apple Logic Pro.

    JURIJ LIOTTA aka DJ JURIJ est un DJ italien, producteur, ingénieur du son et professeur Apple Logic Pro.

    Il exploite les installations des studios Royal Beat Records à Rome et est le remixer officiel d'artistes tels que Steve Angello, Ian Carey, Dr. Kucho!, et John Dahlback.

    L'expérience de Jurij en tant que DJ et producteur est fondée sur des collaborations avec de grands labels tels que Superstar Recordings, Universal, Universo Media Group srl, Warner Chappell, Kontor, HitMania et de nombreux autres.

     

  • Dominique Pifarely


    violoniste

    Violoniste, improvisateur, compositeur.

    Dominique Pifarély, violoniste, improvisateur, compositeur, reçoit son premier violon à l'âge de 6 ans. Dans son enfance s'associent l'influence de la musique apprise "d'oreille", aux côtés de son père, et l'enseignement classique, dans sa transmission la plus vivante ; l'adolescence ajoutera l'ouverture au rock, aux musiques traditionnelles et au jazz, et le goût de l'improvisation qui irrigue et unifie ces pratiques nouvelles.

    Dès ses débuts, cette ouverture fera de lui un soliste très sollicité par la scène française (Eddy Louiss, François Jeanneau, Patrice Caratini, Denis Badault...) et européenne (Mike Westbrook, Matthias Rüegg et le Vienna Art Orchestra, Joachim Kühn..).

    De 1979 à 1990, il se produit en trio aux côtés de Didier Levallet et Gérard Marais. Ses deux premiers quartettes seront illustrés par deux disques, Insula Dulcamara (1988) et Oblique (1992). Dans un compagnonnage régulier avec Louis Sclavis dès 1985, il fonde le Sclavis-Pifarély Acoustic Quartet (avec Bruno Chevillon et Marc Ducret), qui se produira jusqu'en 1997 dans les principaux festivals de jazz européens, ainsi qu'au Canada et au Japon (Acoustic Quartet, ECM, 1993). Puis il entame en 1996 un dialogue avec François Couturier, concrétisé par l'enregistrement de Poros (ECM, 1997), où la musique échappe à toute catégorie, mariant écriture et improvisation.

    Parallèlement aux rencontres qui continuent de jalonner son parcours, Dominique Pifarély crée en 2000 sa propre compagnie, Archipels-Cie Dominique Pifarély, qui portera désormais son travail de leader et de compositeur. L'ensemble Dédales réunit 9 musiciensimprovisateurs. Impromptu prolonge le travail commencé avec François Couturier en compagnie du haute-contre Dominique Visse, et marque son attachement à la poésie et la littérature. Il travaille ainsi à des lectures/performances en compagnie de l'écrivain François Bon et des comédiens Violaine Schwartz et Pierre Baux. Il forme en 2007 un trio avec Julien Padovani aux claviers et Eric Groleau à la batterie. En 2010, c'est "Formes d'une guerre" qui voit le jour, spectacle musique/texte/photographie autour du numérique, en compagnie de François Bon, Michele Rabbia et Philippe De Jonckheere. Son travail d'improvisateur est également mis en valeur dans le récital solo, qu'il pratique régulièrement.

    A partir de 2013, il pratique avec Vincent Courtois ou Michele Rabbia l'art du duo, fonde un nouveau quartette composé d'Antonin Rayon (piano), Bruno Chevillon (contrebasse) et François Merville (batterie), et continue à se consacrer à l'ensemble Dédales (parution du CD "Time Geography").

    Régulièrement présent sur les scènes européennes, il se produit également aux Etats-Unis, au Canada, au Japon, en Amérique latine, en Inde, au Moyen-Orient ou en Afrique.

    Ayant à coeur de transmettre ces pratiques plurielles, il mènera de 1999 à 2012 une activité de formateur au sein du C.F.M.I. de Poitiers, et anime régulièrement stages et master classes.

     

    Dominique Pifarély a collaboré avec :

    Carlos Zingaro, Gilles Zæppfel, Andreas Willers, Mike Westbrook, Jean-François Vrod, Dominique Visse, Tria Lingvo, Yves Torchinsky, Ti-Fock, Henri Texier, Aki Takase, Craig Taborn, Martial Solal, Louis Sclavis, Violaine Schwartz, Matthias Rüegg et le Vienna Art Orchestra, Didier Roussin, Wolfgang Reisinger, François Raulin, Michele Rabbia, Michel Portal, Jacky Molard, Baldo Martinez, Gérard Marais, Eddy Louiss, Didier Levallet, Hélène Labarrière, Joachim Kühn, Garth Knox, Heiri Känzig, François Jeanneau, Daniel Humair, Ronan Guilfoyle, Stéphane Grappelli, Michel Godard, Claude Favre, Pierre Favre, Marc Ducret, Christy Doran, Djiz, Philippe De Jonckheere, D’ de Kabal, Dominique Cravic, François Couturier, Vincent Courtois, François Corneloup, Bruno Chevillon, David Chevallier, Jean-Paul Celea, Fabrizio Cassol, Hugo Carvalhais, Patrice Caratini, François Bon, Lionel Benhamou, Pierre Baux, Stefano Battaglia, Denis Badault, Tim Berne, Marcel Azzola, Rabih Abou Khalil…

     

  • Ellis Hall


    Chanteur

    Ellis Hall est un chanteur, parolier, producteur et multi-instrumentiste virtuose, dont le style vocal étonne par sa diversité et sa profondeur.

    Ellis Hall est un multi-instrumentiste virtuose, dont le style vocal étonne par sa diversité et sa profondeur.

    Né à Savannah, en Géorgie, Ellis a déménagé à Boston à l'âge de cinq ans. C'est là qu'il débutera une carrière musicale prometteuse dont le succès ne s'est jamais démenti. Sa première sortie en tant qu'artiste solo est une version de la Motown smash des 60's "Every Little Bit Hurts". Le succès est au rendez-vous ce qui lui vaut des collaborations avec les plus grands performers comme les Temptations, Earth Wind & Fire, Herbie Hancock, les Spinners et Natalie Cole.

    Fort de ces succès, Ellis participe au premier single, "What Does it Take» de l'album multi-platine "Duotones" de Kenny G. Il rejoint ensuite le groupe soul Tower of Power en tant que clavier et chanteur leader, ce qui lui fait atteindre un point culminant de sa carrière avec la co-production et l'écriture de tubes sur l'album «Power».

    Il se produit également avec des artistes aussi divers et renommés que James Taylor, Warren Hill, George Duke, Michael Sembello, Huey Lewis and the News, Bo Diddley, Taj Mahal, Freddie Hubbard, Bobby Kimball et ToTo, Jason Scheff de Chicago, Bobby Womack, James Ingram et Stevie Wonder.

    Ellis Hall a également participé en tant que chanteur et/ou acteur dans de nombreux films, séries TV et jingles pour la télévision : le show TV ABC "The Wonder Years", "New York Undercover" sur Fox TV, "NYPD Blue" sur ABC TV, "Hercule" un long métrage de Disney, "Le Roi Lion II" de Disney Home Video, "Chicken Run" un long métrage d'animation de DreamWorks, "Flip, Flop and Fly", "Big Momma's House", avec Martin Lawrence de la 20th Century Fox, "Attrape-moi si tu peux" de Steven Spielberg DreamWorks avec Tom Hanks , "Bruce tout-puissant" un film Universal avec Jim Carrey, "A Day Without A Mexican" d'Universal / BMG et " Polar Express " de Warner Bros. En 2003, pour le Camille Cosby's New Visionary Leadership Project honorant Ray Charles, Ellis interprète "You Don't Know Me" au Kennedy Center de Washington, D.C, ainis qu'au John F. Kennedy Center for the Performing Arts, Millennium Stage, et au the Kennedy Center Honors Week-end.

    En 2004, lors de l'inauguration de la Recording Academy's Grammy Jam, Ellis se distingue lors d'un vibrant hommage à Earth Wind & Fire et, en 2005, il fête la musique de Stevie Wonder. Il a aussi été l'artiste vedette dans le Keb Mo Spécial Noël, au Disney Hall, Los Angeles.

    En 2005, il participe avec une multitude de stars au 75ème anniversaire de Ray Charles, "A Night with Concord Records "à l'Hollywood Bowl, présenté par le Philharmonic Association's Jazz de Los Angeles. Acclamé par la critique, le premier album solo d'Ellis Hall "The Spirit Lingers On" est un voyage inspiré au pays de la musique soul.

     

  • Ellis Hall


    Singer - Song writer

    Ellis Hall is a multi-instrumentalist virtuoso who possesses a vocal style that commands attention in its diversity and depth.

    Ellis Hall is a multi-instrumentalist virtuoso who possesses a vocal style that commands attention in its diversity and depth. Born in Savannah, Georgia, Ellis moved to Boston at the age of five, where he began his musical career, and has been on a direct course for success ever since.

    His first release as a solo artist was a version of the Motown smash from the 60's "Every Little Bit Hurts." His talents were showcased nationally and internationally with the Ellis Hall Group, opening for many top performers such as the Temptations, Earth Wind & Fire, Herbie Hancock, the Spinners and Natalie Cole.

    Ellis was featured as lead vocalist on the debut hit single, "What Does it Take," from the Kenny G. multi-platinum "Duotones" album and joined the soul-stirring hit group Tower of Power as lead vocalist and keyboardist, culminating that stint with his co-production and song-writing prowess on their album, "Power." He had enormous success as one of the California Raisins with their platinum album, "The California Raisins Sing the Hit Songs," and a gold album, "Christimas With the California Raisins."

    He has also lent his vocals and/or performed with such diverse artists as James Taylor, Warren Hill, George Duke, Michael Sembello, Huey Lewis and the News, Bo Diddley, Taj Mahal, Freddie Hubbard, Bobby Kimball and ToTo, Jason Scheff of Chicago, Bobby Womack, James Ingram and Stevie Wonder.

    Adding to his credits are a series of movie and television soundtracks as well as a variety of International radio and television jingles. He appeared in the award winning ABC TV show, "The Wonder Years"; performed vocals in "New York Undercover", Fox TV; "NYPD Blue", ABC TV; "Hercules", a Disney feature film; "Lion King II", Disney Home Video; DreamWorks animated feature film, "Chicken Run", singing the title track "Flip, Flop and Fly"; on screen as the organist in "Big Momma's House", with Martin Lawrence, a 20th Century Fox feature film; singing on screen in a scene with Tom Hanks in the Steven Spielberg movie by DreamWorks, "Catch Me If You Can", and his current films, "Bruce Almighty", Universal, "A Day Without A Mexican", Universal/BMG and "Polar Express", Warner Bros.

    In 2003, for Camille Cosby's New Visionary Leadership Project honoring Mr. Ray Charles, Ellis performed "You Don't Know Me" at the Kennedy Center, Washington, D.C. Ellis has also performed at The John F. Kennedy Center for the Performing Arts, Millennium Stage, for his Leadership in Arts and Disability. He also performed a salute to Ray Charles at the Kennedy Center Honors Week-end.

    At the Recording Academy's Inaugural Grammy Jam, in 2004, Ellis was featured in a rousing salute to Earth Wind & Fire and in 2005 he celebrated the Music of Stevie Wonder. He was also a featured performer in the Keb Mo Christmas Special, at Disney Hall, Los Angeles. In January, 2005, on the Bob James Showboat Cruise to Mexico, he was featured in several vocal duets with Michael McDonald and sang lead vocals with Tom Scott's LA Jazz All-Star Band.

    In February 2005, Ellis Hall was featured at Concord Records Grammy Party which was later shown on the BET Special "Jammin' For Ray". In May 2005 he was featured along with Brian McKnight at The Revlon Run/Walk For Breast Cancer at the Los Angeles Colliseum and in August 2005, he performed with a host of stars in a commemoration for the 75th birthday of Ray Charles "A Night With Concord Records" at the Hollywood Bowl presented by the Los Angeles Philharmonic Association's Jazz at the Bowl series.

    Ellis' colorful statements instrumentally and vocally can be found on his widely acclaimed debut solo album The Spirit Lingers On, a musical journey of highly inspirational soul featuring 12 original songs.

  • Eric Séva


    saxophoniste et compositeur

    C'est indéniablement à son parcours atypique qu'Éric Séva doit la curiosité qui alimente sa boulimie créative

    C'est indéniablement à son parcours atypique qu'Éric Séva doit la curiosité qui alimente sa boulimie créative. Nulle surprise, alors, de découvrir que les mots croisement, carrefour ou métissage traversent un univers perpétuellement enrichi par ses voyages. Ce goût de la découverte, il le doit à un père musicien, qui gagne sa vie à l'usine en semaine et se métamorphose en chef d'orchestre dans les bals populaires le weekend. La musique est si bien présente dans le quotidien d'Éric que l'apprentissage d'un instrument survient comme une évidence lorsque son père lui offre une flûte à bec en 1969, à l'âge de cinq ans. L'apprentissage du saxophone suit au milieu des années 1970. Le goût des croisements, le sens aigu de la mélodie et la maîtrise des couleurs, c'est à cette époque fertile qu'Éric les doit. Le weekend, il fait danser le public des bals populaires avec l'orchestre familial tout en suivant des études classiques poussées à l'École normale de Musique de Paris.

    Loin de renier l'univers de la musique populaire, Éric y voit une force de communication avec le public, une inspiration qui ne cessera jamais d'alimenter ses dons de raconteur d'histoire. Cet appétit le conduit vers le jazz au sortir de l'École, sous la protection d'un voisin et ami, le dessinateur Jean Cabu, qui sera pour lui un catalyseur artistique. Toute aussi décisive est sa rencontre avec Dave Liebman qu'il rejoint à New York en 1990 pour devenir son élève, et qui lui enseigne le goût de cultiver sa différence. Séva ne s'est jamais départi de cette règle depuis. Si les musiques improvisées sont sa priorité créative, ainsi que l'illustre son séjour au sein de l'Orchestre National de Jazz de 2005 à 2008, il n'a jamais renoncé au plaisir de la découverte en participant à l'enregistrement de plus d'une centaine d'albums porteurs de signatures aussi diverses que Didier Lockwood, Chris Réa, Thomas Fersen, David Krakauer, Céline Dion et Henri Salvador, Michel Legrand, Sylvain Luc, Khalil Chahine, ou encore Zaz avec laquelle il effectuait récemment le tour du monde.

    Et si Éric a toujours privilégié le jazz dans son parcours, c'est précisément parce que le métissage et la liberté en sont l'essence même. Première manifestation de cette ouverture, l'album « Folklores imaginaires » lui permet en 2005 d'aborder la composition de la même façon que l'improvisation, au rythme de la danse intérieure qui l'anime. Le recueil « Espaces croisés », célébré par toute la profession, prend le relais quatre ans plus tard. Éric y pratique l'art de l'audace en travaillant aussi bien la palette sonore des saxophones que la projection du son.

    Les projets se sont enchaînés depuis : Danse avec Bartók, Confluence (une commande d'écriture pour quartet de jazz et grand orchestre classique), l'album « Nomade sonore » (2015) dont chaque note raconte le besoin d'itinérance de son créateur ; en attendant un hommage au blues, qui verra prochainement Éric explorer la note bleue.

    À l'image du rêve, la musique d'Éric Séva est un condensé d'imaginaire qui autorise ce partenaire essentiel qu'est le public à voyager librement dans son sillage. Avec un bonheur jouissif constamment renouvelé.

     

  • Fabien Colella


    Compositeur - Ingénieur du son

    Compositeur pour l'audiovisuel, avec plus de 500 titres produits et réalisés pour les grands éditeurs de librairie musicale (Universal Music, Koka Média, Encore Merci, Warner Chapell, CDM, Ax's Music), ses musiques sont utilisées régulièrement pour des fictions tv, des émissions et des documentaires en diffusion nationale et étrangère ; sans oublier des pubs tv, des habillages et génériques radios et tv (Radio France, radio Nostalgie, Canal+, France 2).

    Compositeur pour le théâtre, il écrit des musiques originales pour de nombreuses pièces, dont notamment les pièces de Jacques Rampal, auteur récompensé aux Molières.

    Ingénieur du son, il collabore aussi bien en studio qu'en live avec des artistes et des musiciens aussi différents que : Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel, Luc Plamandon, Romano Musumara, Vladimir Cosma, Janick Top, Serge Perathoner, E. Le Lann, Damien Schmitt, L. Loueke, Eva Marchal, Claude Salmiéri ...

     

     

  • Fabien Lelarge


    Directeur de L'ATELIER-Ecole des arts de Saint-Hilaire-de-Riez, saxophoniste

    Directeur de L'ATELIER-Ecole des arts de Saint-Hilaire-de-Riez, saxophoniste et co-fondateur du label Monsieur Charles Productions
    • Fabien Lelarge fait son apprentissage musical au Conservatoire de Chalon-sur-Saône. Il poursuit des études de musicologie à l'Université de Bourgogne (Dijon) et porte ses travaux sur le jazz et l'analyse des musiques populaires. Professeur de saxophone dès l'âge de 16 ans, iI poursuit sa carrière dans l'enseignement musical (Université de Bourgogne, CRR Dijon, Éducation Nationale, IUFM, écoles de musique) puis devient programmateur et régisseur de Media Music (jazz club de Dijon). Il enseigne les musiques populaires et les techniques de studio à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée puis se spécialise dans l'ingénierie pédagogique. Il met en place des projets pédagogiques pour différentes structures d'enseignement musical et dirige actuellement L'ATELIER-école des arts de Saint-Hilaire-de-Riez.
    • Fabien Lelarge réalise plusieurs créations musicales parmi lesquelles : création musicale pour Tactile Territory de Steven Bernas (exposition Intimacy / exhibition, Exposition Universelle, Beijing), impro/rework/remix de In C (Terry Riley) pour le Why Note's Festival, spectacle pyromusical du 14 Juillet 2010 avec Lacroix-Ruggierie pour la Ville de Dijon etc.
    • Après avoir fondé de nombreux groupes mêlant jazz, funk et hip hop, sa formation principale Monsieur Charles débute en 2000. Avec Didier Lécheneau (aka De Fontaine - Happy Music), ils s'amusent à confronter jazz et électro. Depuis leur premier album « Mission DeLuxe » (UCMG/Naïve) considéré par la presse spécialisée comme le meilleur du « Nu-Jazz », le duo bourguignon reçoit différentes récompenses internationales et apparait sur de nombreuses compilations. Ils travaillent avec des artistes comme Mandel Turner (Playin' 4 the City, Cerrone, Martin Solveig), Elektra Weston (Playin' 4 the City, PariSoul), Sébastien Llado (ONJ, Archie Shepp, DeLaSoul), Eric Seva (ONJ, Chris Rea), Big Band Chalon-Bourgogne etc.
    • Comme saxophoniste, il assure les premières parties et partage les scènes de Macéo Parker, Transglobal Underground, Bumcello, Steve Coleman, New Conception of Jazz, Julien Lourau Groove Gang, Omar Sosa, The Metrics, Laurent De Wilde, Magic Malik, Erik Truffaz, Arturo Sandoval, Dan Ghenacia, Djulz...

     

  • Fabrice Leyni


    Ingénieur du Son

    Fabrice Leyni est ingénieur du son pour l'un des plus grands studios d'enregistrement français.

    A travaillé en tant qu'ingénieur son avec : NTM, Pleymo, Emma Daumas, Florent Pagny, Prohom, Silmarils, Yvan Cassar «L'odyssée de l'espèce», Lord Kossity, Disiz La Peste, Mickael Youn, La Ruda Salska, Akhenaton, La Tordue, Yamakasi, Cécilia Cara, Pierpoljak...

    Le studio de mastering du Studio Oméga (ex Studio Méga) fut créé en novembre 2004.

    Très au fait des lois du Marché, nous n'en restons pas moins sensibles à la qualité sonore et à la pérennité des projets que nos clients nous confient: Pop, Rock, Hip Hop, R'n'B, Electro, Variétés, Jazz, Dancehall, World, Musiques de film,... de France bien sûr, mais aussi du Japon, d'Allemangne, du Canada, du Maroc, de Suède, de Dubaï, d'Italie, des États-Unis, d'Angleterre,... Majors ou Indés : Bon nombre d'artistes, musiciens, réalisateurs, remixeurs, producteurs, ingénieurs du son ou directeurs artistiques de tous horizons nous ont déjà accordé leur confiance...