Logo prodipe guitars

prodipe-guitars

Boris-Clément Sève


Producteur & réalisateur

  • J'ai eu la chance et l'opportunité de tester le microphone STC-3D MK2 Prodipe dans un environnement de recording studio avec de nombreux instruments. J'ai été particulièrement bluffé par les résultats obtenus sur les prises de son des percussions. Je travaille depuis de nombreuses années avec des percussionnistes multi-instrumentistes, et l'utilisation d'un STC-3D MK2 est un bonheur pour tous les ingénieurs du son actuels.

    L'enregistrement des percussions est particulier en cela qu'il a été pendant très longtemps nécessaire de changer de configuration micros presque aussi souvent que le percussionniste changeait d'instrument. Du tabla à la darbuka, en passant par les rek, les def, cajon, bâton de pluie, œufs, shaker, etc.., le résultat est précis, les frappes dynamiques et la gamme de fréquence propre à chaque instrument est respectée. C'est grâce à la polyvalence du STC-3D MK2 qui s'illustre dans le coupe-bas, l'activation du pad -10db et les trois choix directionnels offerts (cardio / omni / bi-directionnel) que ces performances sont possibles.

    Je n'ai donc pas été surpris de l'excellent rendu des prises voix réalisées ultérieurement, des reprises d'ampli des guitares électriques ou des prises directes rapprochées des guitares sèches et pianos acoustiques, ou des cordes. Ajoutez à votre parc micro un second STC-3D MK2 pour capter les ambiances de vos rooms ou un Duo A1 pour les utilisations overhead et vous saurez véritablement pourquoi Prodipe s'est imposée comme "La moins chère des grandes marques !

Biographie

Derrière le nom énigmatique de Ckléris se cachent quatre musiciens réunis autour du violoniste et chanteur Boris-Clément Sève.

Médaillé du Conservatoire à Rayonnement Régional de Saint-Maur-des-Fossés à l'âge de 13 ans, Boris-Clément poursuit sa formation musicale auprès du violoniste David Lefèvre (CNSMDP). Bercé par des influences aussi variées que Serge Gainsbourg, Alain Bashung, Catherine Le Forestier ou encore Booba, il écrit ses premiers textes au lycée.
Le bac en poche, il s'envole pour Montréal où il se forme à la MAO. Il y découvre la scène underground canadienne et assure notamment la 1ère partie du rappeur français Kery James et participe aux FrancoFolies de Montréal. De retour en France, Boris-Clément s'entoure de musiciens assez fous et talentueux pour lancer le projet Ckléris.

Sur une base rock et chanson française, les textes et les mélodies glissent vers des ambiances électro sur des titres comme «Le Soleil» ou fleurtent avec le rap sur des titres comme «Nord-Sud».

Chers à son auteur, les paroles épousent les passions d'une génération. Les thèmes abordés sont tantôt universels (amour, exil, séparation), et tantôt plus personnels comme sur le titre «Les Etoiles», dédié à sa fille.

En Live, c'est au printemps 2014 que la machine est lancée : Maizon Bar, SoulCat, Cavern Club et Café Gibus accueillent plusieurs fois le groupe composé de Ghislain Leclant aux claviers, Clément Garcin à la guitare, Jimmy Top à la basse, Alexis Salmieri à la batterie, et Boris-Clément Sève au violon et au chant.

Un an plus tard, c'est sur le label n1prod, boîte de production montée quelques années plus tôt par Boris-Clément, que Ckléris enregistre son premier EP. Intitulé «Nord-Sud», le projet est disponible depuis le 4 décembre 2015 sur les plateformes de téléchargement légal et il est accompagné de 4 vidéoclips. «Pour le pire et le meilleur» est le premier en France à avoir été réalisé grâce à la technologie 360°. Celui qui «va toujours au Nord» compte bien s'imposer dans le paysage musical français. Quant au deuxième EP, il se murmure qu'il est déjà en route ...